L'adieu à l'Irak de Bush: Des chaussures sur la figure

Très vulgaire, mais c'étaient les seules armes qu'il lui restait, car les journalistes sont soigneusement fouillés avant d'entrer dans la salle de la conférence de presse.

Georges Bush est venu faire ses adieux à l'Irak. A la fin de la conférence de presse, un journaliste d'un journal local lui lance ses babouches sur la tête en vociférant des injures.

Le président Bush qui arrivera à esquiver les deux projectiles, plaisantera ensuite en disant: "Je peux vous dire que c'était du 43".

Avec le recul, quand on voit l'état dans lequel se trouve le pays, cela prend une nouvelle dimension, même un peu comique. Pauvres irakiens que l'on a sauvé de la tyrannie!

La vidéo de l'incident.

On en rira quand même sans trop de commisération car avec sa politique basée sur le pétrole comme première source d'énergie, et sa totale indifférence vis à vis de l'environnement, ainsi que pour les nouvelles technologies, il aurait fait perdre 8 ans à l'amérique. Ajoutons à cela quelque centaines de milliers de morts en Irak.

Habituellement Bush nous fait rire avec ses déclarations maladroites, sélectionnées dans l'article Citations de politiciens. Maintenant il joue à esquiver les chaussures.

Les chaussures les plus chères au monde

Le journaliste est arrêté mais devient un héros en Irak et dans le monde arabe.

Un saoudien a proposé 10 millions de dollars pour récupérer les chaussures lancées à la figure de Bush. Mais pour l'instant, ce sont des pièces à conviction, elle sont conservées par la justice Irakienne.

Par ailleurs le journaliste lanceur de pompes est à l'hôpital. Lors de son arrestation très vigoureuse comme on le voit sur le vidéo, il a eu un bras cassé et plusieurs autres blessures.

En Irak, on réclame sa libération, en invoquant même la liberté d'expression. Curieuse forme d'expression. Si tout le monde s'exprimait comme çà, on rentrerait pieds nus chez soi tous les soirs.

Condamné à 3 ans de prison

Le 12 mars 2009, Muntadar al-Zaidi a été condamné à 3 ans de prison par le justice irakienne.

Un sondage sur le geste de Zaidi en Irak donne les résultats suivants: